Recent Quebec

 

Back
Traditional Quebec
The Quiet Revolution
Sovereignty
Constitutional Crisis
On-going Crisis
Recent Quebec

 

1) Le printemps Erable et les élections de 2012

 

Le Parti Québecois est resté au pouvoir jusqu'en 2003, avant de céder la place au Parti Libéral du Québec (PLQ) de 2003 à 2012. Pendant cette période, graduellement, le Parti Libéral du Québec subit l'usure du pouvoir et est déconsidéré par des scandales financiers à répétition, par des projets controversés comme le Plan Nord (développement de l'exploitation minière dans le nord du Québec) et par le conflit avec les étudiants opposés à l'augmentation des frais d'inscription et qui mènent une grève de plusieurs mois au printemps 2012. En réaction à la grève du "printemps Erable", le Parti Libéral fait adopter par l'Assemblée la Loi 78, qui limite le recours aux piquets de grève et aux manifestations. Le phénomène du printemps Erable, impopulaire et incompris dans le reste du Canada, souligne la différence entre un Canada anglophone, aligné sur le libéralisme économique américain, face à un Québec plus influencé par la social-démocratie européenne.

 

Martin Patriquin, "Quebec: The most corrupt province: Why does Quebec claim so many of the nation’s political scandals?", Maclean's, September 24, 2010

http://www2.macleans.ca/2010/09/24/the-most-corrupt-province/

 

Martine Jacob", "Au cœur du printemps Erable", Le Monde, 24 juin 2012.

http://www.lemonde.fr/international/article/2012/06/22/au-coeur-du-printemps-erable_1723324_3210.html

 

 

Début septembre 2012, Jean Charest fait le pari d'organiser des élections anticipées dans l'espoir de démontrer le soutien des Québécois à sa politique.

Il fait campagne sur le thème de la stabilité et du maintien de l'ordre, tandis que le Parti Québécois de Pauline Maurois promet l'abrogation de la hausse des frais d'inscription à l'université et de la Loi 78. Le PQ se présente comme le garant de l'honnêteté face au Parti Libéral corrompu et propose une politique de solidarité et de justice sociale face au libéralisme économique du PL.

Le PQ, qui reste le Parti de la souveraineté, met très peu ce thème en avant lors de la campagne, et ne promet pas de nouveau référendum. Néanmoins, le PQ promet de défendre l'identité et les valeurs québécoises, en renforçant la loi sur l'usage de la langue française. Ces projets sont mal vus dans le reste du Canada et interprétés comme une atteinte au droit des immigrants à choisir quelle langue officielle ils veulent utiliser et à conserver leurs coutumes.

 

Read more:

Graeme Hamilton, "The identity politics of Pauline Marois’ Parti Québécois", National Post, August 25, 2012

http://news.nationalpost.com/2012/08/25/the-identity-politics-of-pauline-marois-parti-quebecois/

 

 

 

Résultats des élections du 4 septembre 2012

 

Nombre de députés sortants

Nombre de députés élus en 2012

Pourcentage du vote en 2012

Parti Libéral du Québec

66

50

31.2%

Parti Québécois

51

54

31.9

Coalition Avenir Quebec

--

19

27%

 

Si le PL perd les élections, son score n'est pas catastrophique ; le PQ remporte une courte victoire mais ne peut former qu'un gouvernement minoritaire qui devra composer avec une alliance du PL et de la CAQ dont le point de vue converge sur bien des sujets. Au final, les résultats sont donc assez décevants pour les Québécois engagés dans le printemps érable.

 

Cordelia Bonal, "Elections au Québec: un choc pour les étudiants", Libération, 5 septembre 2012

http://www.liberation.fr/monde/2012/09/05/elections-au-quebec-un-choc-pour-les-etudiants_844194

 

"With 'no regrets,' Quebec's Jean Charest to leave politics after defeat", The Globe and Mail, September 5, 2012

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/elections/with-no-regrets-quebecs-jean-charest-to-leave-politics-after-defeat/article4521635/

 

Antonia Maioni, "In Quebec, it’s a countdown to a reckoning", The Globe and Mail, December 28, 2012

http://www.theglobeandmail.com/commentary/in-quebec-its-a-countdown-to-a-reckoning/article6757034/

 

 

2) The Liberal Return in 2014

 

With only a minority government, the PQ was in a fragile position. In March 2014, the decision was made to call an early election, for two reasons:

- It was feared that the budget soon to be proposed by the PQ government would be rejected by the opposition parties in the National Assembly

- The polls seemed to indicate there was a hope to win a majority

 

The campaign was difficult for the PQ, especially because it focused mainly on its controversial project of a Charter of Quebec values, whose provision was the ban of all distinctive religious signs in the public and semi-public sector in Quebec.

The project was popular with most Francophone Quebecois, but was considered as divisive and xenophobic by Anglophone and ethnic Quebecois.

The Charter's emphasis on secularism may be understood as a desire to protect the new Quebec created by the Quiet Revolution, whose identity was based on 3 elements:

- The French language

- Secularism (obtained when the role of the Catholic Church in Quebec was ended)

- A left-wing, interventionist approach to the economy

After the PQ converted to a free market approach similar to that of the PLQ in the 1990s, secularism and the French language became all the more important characteristics of Quebec's modern identity.

 

As the 2014 campaign continued,  support for the PQ collapsed after it announced the candidacy of Pierre Karl Péladeau, who proposed a third referendum on Quebec sovereignty. This seems to indicate that Quebec voters are not particularly interested in the issue of Quebec identity, and even less in the perspective of Quebec independence.

 

PLQ’s leader Philippe Couillard was able to capitalize on the PQ’s weaknesses, from the divisive politics of the proposed secular values charter to the threat of a third referendum. By contrast, he insisted on the “real issues”, i.e. economic stability and jobs.

 

The result of the election was a majority victory for the PLQ and a collapse of the PQ, which won its smallest share of the popular vote since its inaugural run in 1970.

 

 

Résultats des élections du 7 avril 2014

 

Nombre de députés sortants

Nombre de députés élus

Pourcentage du vote

Parti Libéral du Québec

50

70

42%

Parti Québécois

54

30

25%

Coalition Avenir Quebec

19

22

23%

 

Read more:

“PQ, secular charter defeat celebrated in Montreal”, CBC News, 8 April 2014

http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/pq-secular-charter-defeat-celebrated-in-montreal-1.2602597

 

Simon Delorme, « Lettre d'un ancien péquiste », Huffington Post Québec, 08/04/2014

http://quebec.huffingtonpost.ca/simon-delorme/lettre-ancien-pequiste_b_5113932.html