Northern Strategy

 

Back
Sea Shelf Extension
The Arctic Council
Northern Strategy

 

Canada’s Northern Strategy

 

Canada’s interest for the Arctic has intensified with the arrival in power of the Conservatives in 2006. Stephen Harper made the Arctic a campaign issue in 2006, 2008 and 2011, insisting on:

 

- renforcement de la sécurité (construction de huit navires destinés à patrouiller les eaux arctiques, présence accrue des Forces canadiennes dans le Nord)

- amélioration des capacités de surveillance et d’assistance maritime : construction d’un port en eau profonde ; lancement du satellite RadarSat 2 qui permet une couverture constante de l’archipel ; installation d’un système d’écoute sous-marine (Sound Surveillance System)

- poursuite de l’effort de financement de la recherche

- amélioration de la gouvernance en Arctique (stewardship // gérance) : protection de l’environnement, développement social et économique des populations Inuit.

 

Néanmoins, la politique de Stephen Harper en Arctique a évolué après les élections de 2008. Elle a été énoncé via deux documents importants qui sont régulièrement mis à jour :

Stratégie pour le nord, 2009

http://www.northernstrategy.gc.ca/cns/cns-fra.asp

Stratégies pour le nord, réalisations 2009-2010

http://www.northernstrategy.ca/cns/rcns-fra.asp

 

Énoncé de la politique étrangère du Canada pour l’Arctique

http://www.international.gc.ca/polar-polaire/canada_arctic_foreign_policy_booklet-la_politique_etrangere_du_canada_pour_arctique_livret.aspx?lang=fra

 

Dans ces documents, beaucoup plus d’attention est portée à la dimension inuit. Le sondage récent de l’université de Toronto sur l’Arctique montre que les Canadiens, y compris ceux qui vivent dans le sud, mettent en premier l’amélioration de la santé, de l’éduction et des structures sociales des habitants de l’Arctique, bien avant une présence militaire accrue. Cela correspond aussi à une évolution du gouvernement Harper, qui insiste depuis 2009 moins sur l’acquisition de nouveau matériel et davantage sur une meilleure gouvernance du nord, et une gouvernance plus décentralisée : on est passé d’une stratégie sécuritaire à une stratégie de gérance responsable (stewardship).

Voir sondage janvier 2011

Ekos Research Associates, Rethinking the Top of the World: Arctic Security Public Opinion Survey. Final report submitted to the Walter and Duncan Gordon Foundation and the Canada Centre for Global Security Studies at the Munk School of Global Affairs. January 2011,

http://beta.images.theglobeandmail.com/archive/01147/Arctic_security_po_1147265a.pdf

 

Cette stratégie parait être la bonne, puisque la présence inuit en Arctique représente le fondement de la souveraineté canadienne. Leur soutien est donc essentiel. On peut noter qu’en août 2010, le gouvernement du Canada a présenté des excuses aux familles inuit qui ont été réinstallées dans l’Extrême-Arctique au cours des années 1950. La nouvelle stratégie pour le Nord est cohérente avec le renforcement de l’identité nationale dans le sens d’une meilleure prise en compte de la diversité des peuples canadiens, y compris la revalorisation des premières nations.

 

D’autre part, le gouvernement Harper a adopté une stratégie internationale plus modérée, donnant la priorité à la coopération et la négociation.

Voir par exemple la réponse modérée de Stephen Harper lorsqu’un groupe de touristes danois a débarqué sur l’île Hans en 2010 :

"In the Arctic, Canada willing to fight to keep the true north free", JILL MAHONEY, The Globe and Mail, Jan. 25 2011

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/in-the-arctic-canada-willing-to-fight-to-keep-the-true-north-free/article1881683/)

 

Le récent énoncé de politique étrangère sur l’Arctique met l’accent sur les coopérations bilatérales et multilatérales dans tous les domaines (exercice de la souveraineté, environnement, développement) et insiste particulièrement sur l’importance du rôle que peut jouer le Conseil arctique dans la gestion de la région. Cette nouvelle orientation est cohérente avec la préférence traditionnelle du Canada pour la coopération internationale au sein d’instances multilatérales. Elle est aussi cohérente avec la volonté de renforcer le rôle des Inuit, bien représentés au sein du Conseil Arctique.

« Le Conseil de l’Arctique demeure la principale tribune multilatérale apte à favoriser l’avancement de notre politique étrangère pour l’Arctique et la promotion de nos intérêts nordiques… Du point de vue du Canada, le Conseil doit être renforcé afin de s’assurer qu’il pourra relever les défis de demain…. Au-delà du Conseil de l’Arctique, le Canada œuvrera avec d’autres institutions multilatérales, comme l’Organisation maritime internationale et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, en vue de trouver des solutions mondiales à des enjeux tels que la réglementation de la navigation polaire et les changements climatiques. Des organismes propres à l’Arctique, comme le Comité permanent des parlementaires de la région arctique, le Forum nordique et l’Université de l’Arctique, sont des partenaires importants pour divers enjeux. »

Voir partie « La voie à suivre »

http://www.international.gc.ca/polar-polaire/canada_arctic_foreign_policy_booklet-la_politique_etrangere_du_canada_pour_arctique_livret.aspx?lang=fra

 

 

Voir aussi :

Analyse de Michael Byers, "Arctic security: Fighting for the True North", The Globe and Mail, Jan. 25 2011

http://www.theglobeandmail.com/news/national/arctic-security-fighting-for-the-true-north/article1881867/page1/

 

Editorial Globe and Mail: "Drawing lines in the Arctic ice", The Globe and Mail, Aug. 24 2010

http://www.theglobeandmail.com/news/opinions/editorials/drawing-lines-in-the-arctic-ice/article1683956/